• Automne icaresque

    Il y'a du vent, un de ceux qui vous frappe le visage avec une haleine si crue que vos joues en rougissent. La végétation danse autours de vous, un ballet vert avec pour seul musique le sifflement de l'air qui s'engouffre violement dans chaque interstice qui s'offre à lui. Et c'est là, au moment ou vous forcer vos paupières à s'entrebâiller pour vous avancer, face au vent et malgré son implacable force, que surgit en vous une émotion. ... la chaire de poule sous vos vêtements n'est pas que frissons thermique!!... une réelle impression de liberté vous submerge telle la tachycardie qui dut s'emparer d'Icare alors qu'il s'élevait dans les airs.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :